Logo de Sud éducation Loire L'école n'est pas une entreprise, l'éducation n'est pas une marchandise ! Logo Union syndicale Solidaires

Article mis en ligne le 21 octobre 2010
Cet article au format imprimable : impression
Dossiers apparentés
  • Secteurs :

  • Fonctions :

  • Thèmes :

  • Auteurs :



« La grève » – Numéro 11 – 21 octobre 2010

Bulletin quotidien d’information sur la grève interprofessionnelle et nationale pour le retrait du projet de loi sur les retraites, par l’Union syndicale Solidaires

Des millions de manifestant-e-s pour la 6e fois depuis début septembre

Ces mobilisations successives de millions de personnes, salarié-e-s du privé et du public, retraité-e-s, chômeurs/ses,
lycéen-ne-s, étudiant-e-s, montrent une détermination très forte et massive de la population. Il faut remonter à de
très nombreuses années pour retrouver une telle situation. Le gouvernement doit abandonner son projet de loi !

La grève reconductible

Dixième jour de grève ce jeudi dans les 12 raffineries du pays, ou à la SNCF. Mais le mouvement dépasse très
largement les deux secteurs mis en avant par les médias. Totale ou sous forme de débrayages quotidiens, la grève est
nationale et interprofessionnelle, et touche le secteur public et les entreprises privées.

Dans la Chimie, la grève est reconduite aussi dans une vingtaine d’usines de caoutchouc/pneumatiques
(Goodyear Dunlop Tires, Michelin, Hutchinson, Paulstra, Trelleborg, Joint français…), dans autant d’usines
chimiques (Arkema, Rhodia, Basf, Ceca, L’Oreal,…), ou encore à Sanofi/Aventis, Plastic Omnium, Saipol…

L’Energie est aussi concernée, avec la grève dans les centrales nucléaires de Chinon, Blayais, Tricastin, Flamanville
et dans d’autres services d’EDF. Les 3 stockages souterrains gaziers de la région Centre, représentant 60% à 70%
des capacités de stockage en France, ont été bloqués mercredi, n’émettant plus de gaz sur décision des grévistes, qui
sont largement majoritaire parmi le personnel. Les salariés des 3 terminaux méthaniers de gaz naturel sont en grève.

Les transports urbains de plusieurs villes sont touchés par la grève, les routiers organisent des blocages dans toutes
les régions, les convoyeurs de fonds (Brink’s, Loomis) sont aussi dans l’action, et plusieurs aéroports ont été
bloqués, notamment Roissy où 3000 manifestant-e-s se sont rassemblé-e-s à l’appel de la CGT et Solidaires.

Saint Gobain, SVA, Isover, Baccarat, etc. les entreprises du Verre sont aussi dans la grève. La métallurgie
également : Dura, Deshors, Ascométal, Atral, Tecumseh, Transrol, Bollhof, Camiva, Tivoly, KME, Gifa,
Snecma… De même pour l’industrie alimentaire : plus de 700 établissements en grève le 19.

La grève est reconduite depuis plusieurs jours dans environ 200 Collectivités Territoriales, elle touche les centres
d’impôts d’un tiers des départements. Au Ministère de la culture aussi la mobilisation est forte, des manifestations
sont organisées comme à la Bibliothèque Nationale de France ou au musée du Louvre.

Education, Recherche, Ministère du Travail et des Affaires Sociales, … des grèves se poursuivent là aussi.

Les jeunes veulent pouvoir choisir un autre avenir

Si nous travaillons plus longtemps, les jeunes trouveront encore plus difficilement du boulot ! L’augmentation de la
productivité depuis 20 ans, les énormes profits confisqués par une minorité, démontrent qu’il est possible, sans
problème, de réduire le temps de travail, d’augmenter les salaires et pensions, et de fournir à chacun-e un emploi
socialement utile. Voilà pourquoi les lycéen-ne-s, et maintenant les étudiant-e-s, participent à cette lutte sociale.

La violence gouvernementale est un aveu de faiblesse

Les interventions policières contre des grévistes se multiplient, souvent de façon
violente. De même, la pression policière jusqu’aux portes des lycées relève
d’une stratégie de tension que nous dénonçons.

Le MEDEF s’inquiète

Une nouvelle, qui montre que la grève nationale est utile : le patronat, par la voix de Mme Parisot, réclame que ça
cesse ! Alors continuons, c’est le moyen le plus efficace pour que les patrons, de peur de perdre un peu trop de leurs
profits, suggèrent au gouvernement de retirer leur projet commun de contre-réforme des retraites.

L’Union syndicale Solidaires appelle à renforcer et développer la grève, et souhaite que l’intersyndicale qui se
réunit ce soir lance aussi cet appel, et organise très rapidement une nouvelle journée nationale de manifestations.


SUD éducation Loire - Membre de l'Union syndicale Solidaires
Site sous SPIP  -  Flux RSS  -  Contact webmestre ou syndicat  -  Haut