Logo de Sud éducation Loire L'école n'est pas une entreprise, l'éducation n'est pas une marchandise ! Logo Union syndicale Solidaires

Article mis en ligne le 20 novembre 2013 et actualisé le 26 novembre 2013
Cet article au format imprimable : impression
Dossiers apparentés
  • Secteurs :

    • Aucun dossier dans cette catégorie

  • Fonctions :

    • Aucun dossier dans cette catégorie

  • Thèmes :

    • Aucun dossier dans cette catégorie

  • Auteurs :



Un groupe de manifestants du Réseau Éducation Sans Frontières (RESF) retenus par la police sur la voie publique à l’issue de la venue de Vincent Peillon à St Etienne

un « rassemblement sous protection policière »

Samedi 16 novembre après-midi, Vincent Peillon, ministre de l’Education nationale est venu à St Etienne, au Centre des congrès à la réunion nationale des MJS (Mouvement des Jeunes Socialistes). Un groupe de militants (syndicaux, associatifs, particuliers) s’est alors rassemblé à l’appel du Réseau Education Sans Frontières de la Loire, sur les questions de droit à l’éducation et à l’hébergement (pour mémoire on estime à environ 1200 personnes le nombre de demandeurs d’asile -en procédure pour la plupart- qui ont été mis à la rue dans la Loire depuis le printemps). De nombreux policiers et CRS empêchaient tout accès au centre des congrès. Le rassemblement a donc eu lieu devant la Chambre de Commerce et d’Industrie, de manière très pacifique.
 

A la fin du rassemblement à 16h30, la quinzaine de militants restant, dont plusieurs militants de SUD Éducation, s’est retrouvée entourée de CRS et a été retenue jusqu’à 18h dehors, les CRS les empêchant de partir. Aucune indication plus précise ne leur a été donnée, à part que le motif retenu était que la déclaration en préfecture n’avait pas été effectuée et que ce rassemblement était illégal. Puis « vous pourrez partir quand Vincent Peillon sera parti » (sic)
 

La préfecture avait déjà fait pression pour que le rassemblement n’ait pas lieu (proposition à RESF d’une audience contre l’absence de rassemblement) : elle avait été prévenue -par téléphone- par un militant RESF pour demander une audience. Il avait été précisé qu’il s’agissait d’un rassemblement, et non d’une manifestation, sans trouble sur la voie publique.
 
 

Il est pour nous évident qu’il s’agit de pressions visant à amoindrir l’opposition à la politique menée en matière de restriction de droits, et notamment concernant les demandeurs d’asile et les sans papiers. Fin mai avaient déjà eu lieu deux arrestations de militants sans papiers et demandeurs d’asile lors d’une manifestation, après le blocage temporaire du tramway. Rappelons qu’il y a toujours eu des blocages de tram et que beaucoup de rassemblements ne sont pas déclarés particulièrement.
 
+d’infos
http://stockinfos.over-blog.com/201...


SUD éducation Loire - Membre de l'Union syndicale Solidaires
Site sous SPIP  -  Flux RSS  -  Contact webmestre ou syndicat  -  Haut